Archive pour octobre, 2011

Jour 101 : Lundi 31-10-11

Jour 101 : Lundi 31-10-11 dans A mon tendre Freesia ! Servir-

          Hier quand nous sommes revenus du séminaire, je ne suis pas rentré à la maison, j’ai préféré aller passer la nuit chez Hermann. Moi qui manquais terriblement de sommeil, j’ai dormi comme un bébé.

          J’ai passé une bonne partie de la journée à faire un bilan perso du séminaire. Mais avant de t’en faire part, il convient que je revienne à hier, dernier jour du séminaire.

          On pourrait ainsi résumer la journée d’hier : « Tout est bien qui finit très mal ! » La matinée avait été classique : réveil des délégués, petit déjeuner, départ des délégués pour la salle plénière, mise en état du réfectoire. Puis vers midi, le OC avait été convoqué en salle plénière par le chair ; c’était l’heure des élections. Devaient être élus le meilleur délégué, le meilleur membre du comité d’organisation (best OC member) et le meilleur Faci. Je t’explique la procédure d’élection : le meilleur délégué, best OC member, Faci, est élu à la majorité absolue. Cela signifie que tous les votants doivent absolument avoir désigné à l’unanimité, celui-ci. Voici comment cela se passe concrètement : pour désigner le meilleur délégué, ceux qui estiment l’être sont invités à venir se tenir debout, et leurs votants viennent former une file en face d’eux. C’est ainsi qu’un garçon et deux filles se sont avancés. Amy était l’une d’elles. Les candidats s’étant désignés, il ne restait plus qu’à chacun de faire son choix. Le OC pour sa part eut tôt fait de choisir, et son choix s’est tout naturellement porté sur Amy, qui n’avait pas hésité – souviens-toi – à lui apporter son aide, et qui aussi et surtout avait été plutôt dynamique lors de ses interventions pendant les sessions de formation. Le plus grand nombre de délégués avait comme le OC, choisi Amy. Et dans l’ordre décroissant on retrouvait l’autre fille puis le garçon. Comme je te l’ai expliqué tantôt, l’un des trois ne pouvait être élu que si tous les votants viennent former une file devant lui. Comme tu peux t’en douter, les votes se faisant dans leur grande majorité sur la base des affinités, on était pas sortis de l’auberge. D’un côté, aucun votant ne voulait trahir son candidat et de l’autre, aucun candidat ne voulait céder devant son pair. Tout portait donc à croire qu’on en avait pour longtemps. On assistait à certains moments à de petites défections de certains votants qui s’en allaient dans d’autres files. Au bout d’un certain temps, le garçon, en concertation avec ses votants, décida de venir grossir la file de Amy. Un petit groupe (de mécontents apparemment) fit le choix contraire. Les deux nouvelles files regorgeaient de monde, celle de Amy en regorgeait encore plus, bien plus. Du temps s’écoulait, aucune des deux candidates, fortes des encouragements de ses partisans, ne semblait prête à lâcher le morceau. Puis, Amy se mit en concertation avec ses votants. Elle voulait qu’on aille tous dans la file de Bénédicte et semblait vraiment décidée. Dépités et pas vraiment contents de cette décision, certains de ses votants, dont le OC, décidèrent de ne pas la suivre et s’abstinrent ainsi de voter. C’est ainsi qu’à l’unanimité, Bénédicte fut désignée meilleure déléguée. Sur le coup, la décision de Amy m’avait agacé ; comment avait-elle pu prendre une telle décision alors que nous ses votants étions de loin les plus nombreux, et prêts à la soutenir jusqu’au bout ! Mais, je compris rapidement qu’il ne fallait pas prendre sa décision pour un abandon, mais plutôt l’appréhender comme une certaine hauteur d’esprit. Amy avait très certainement, clairement constaté que la meilleure déléguée du séminaire, c’était elle. Et par sa décision, tout l’honneur lui revenait. Il faut cependant, saluer le mérite de Bénédicte qui a tenu le coup jusqu’au bout.

          La meilleure déléguée étant connue, il ne restait plus qu’à designer le best OC member et le meilleur Faci. Il fut demandé aux membres du OC de s’avancer. Ce qui fut fait et là, à ma grande surprise, je vis une multitude de délégués se ruer sur moi. Quasiment tous les délégués avaient formé une file devant moi. Les autres membres du OC l’avaient aussi intégrée. Seuls six délégués environ s’étaient mis dans celle de la OCP, mais tous rentrèrent assez tôt dans la mienne. Je n’en revenais pas, de façon tout à fait inattendue et franchement déconcertante, je venais d’être désigné best OC member. Passé le moment de l’étonnement, je commençai à m’interroger intérieurement sur les raisons d’une telle mobilisation à mon égard. J’avais donc si bien satisfait à ma tâche au point d’avoir ainsi suscité l’engouement de tous ? Soit ! Est-il par ailleurs que Tamba fut désigné meilleur Faci.

          C’est après les élections que les choses ont commencé à se gâter. Il s’est trouvé que Dominique, président de AIESEC Côte d’Ivoire et Christel, présidente du comité local de Bouaké, ont égaré leurs téléphones. Je préfère parler d’égarement même s’il était évident que dans l’esprit de bon nombre d’entre nous, il s’agissait probablement de vol. La nouvelle de ces incidents a carrément plombé l’ambiance de cette fin de séminaire. Surtout lorsque Dominique, sous le choc de la perte de son téléphone de dernière génération, s’était adressé à l’assistance en des termes assez durs et empreints de déception. Sur ces entrefaites, l’heure du départ était venue, les cars attendaient déjà. Les délégués devaient faire leur valise et vérifier que rien n’avait été oublié. C’est alors que survint l’incident qui nous fit une très grande frayeur. Attristée par cette histoire de téléphones égarés et par les propos de Dominique, Chrystelle discutait avec Hermann, quand elle a piqué une violente crise d’asthme et s’est écroulée, toute secouée de spasmes, dans les bras de celui-ci. Ce fut la panique. Nous qui étions là, pris de court, n’avions aucune idée de ce qu’il convenait de faire. Comme elle semblait ne plus respirer, Angan lui versa de l’eau au visage. J’ignore si cela était une bonne initiative, mais est-il que cela la fit réagir et respirer de façon saccadée et bruyante. Ne sachant moi non plus quoi faire, j’ai accouru informer Dominique. Heureusement, se trouvait avec lui Kassoum, président du comité local de Cocody, qui avait une formation de secouriste. Kassoum est rapidement venu s’occuper d’elle. Pendant qu’il s’occupait d’elle, Dominique ne cessait de parler tout doucement à Chrystelle. Amy qui tenait la main de son amie était visiblement inquiète, mais calme. Quelle soulagement fut le nôtre quand on vit Chrystelle respirer de plus en plus normalement et revenir progressivement à elle ! Dieu merci, Chrystelle allait bien ! Vu qu’on était très en retard sur l’heure du départ, on s’activa. On fit embarquer les délégués et leurs bagages dans les cars, et ceux-ci s’en allèrent. Hermann et moi fîmes rapidement le tour des chambres pour nous assurer que rien n’avait été oublié des délégués. Des choses avaient été oubliées. On les récupéra. Puis, ce fut à nous d’embarquer et de rentrer. Voilà, c’est ainsi que s’est achevé le Rush 2011.

          Et maintenant qu’ai-je retenu de ces cinq jours de séminaire ?

          J’ai réalisé à l’occasion de ce séminaire une chose vraiment essentielle : servir autrui, c’est incontestablement l’une des meilleures choses que je ferai de toute ma vie ! Et dire que je n’aurais peut-être pas su cette capitale vérité de sitôt. Vois-tu, quand Hermann avait proposé qu’on intègre le OC, j’avais d’abord refusé. Puis après un court temps de réflexion, je m’étais rétracté, mais non sans une certaine réticence tout de même. Mais tu veux que je te dise, je ne crois pas que Hermann était le seul qui tenait tant à ce que je participe à ce séminaire. Il y avait quelqu’un d’autre qui y tenait encore plus et qui savait pertinemment que j’y ferais cette découverte. Dieu voulait que je la fasse. Et maintenant que je sais que servir les autres – loin d’être une corvée et encore moins d’être quelque chose d’avilissant – fait partir des choses absolument merveilleuses que je pourrai accomplir tout au long de ma vie, il m’incombe de ne jamais l’oublier.

          La seconde chose que ce séminaire m’a permis de réaliser, je l’ignorais totalement. Jusqu’ici, j’ignorais que dans un environnement de travail où je me sentirais bien, à faire quelque chose qui me plairait vraiment, je serais capable de donner de moi bien plus que je ne pouvais l’imaginer. J’ai été étonné de voir à quel point je pouvais me surpasser.   

          Pour conclure, je dirai ce séminaire a été une expérience unique !

 

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 31 octobre, 2011 |Commentaires fermés

Jour 100 : Dimanche 30-10-11

Jour 100 : Dimanche 30-10-11 dans A mon tendre Freesia ! 100-

          Le Rush a pris fin aujourd’hui. Normalement, il était question que je te fasse ce soir, le bilan de ces cinq jours. Mais si tu me permets, je le ferai demain. Pour l’heure, j’ai un autre bilan à faire.

          100 jours ! 100 jours aujourd’hui que je t’écris ! Déjà ! Ce que le temps passe vite ! Et que de sentiments ai-je connu en cette période ! Le désarroi, l’impuissance, l’abandon, l’amertume… le chagrin. Le chagrin, justement ! C’est incontestablement celui qui s’est taillé la part du lion. J’ai longtemps pensé qu’il existait des chagrins avec lesquels l’on était obligé d’apprendre à vivre, tel l’on le ferait avec une maladie incurable. J’ai longtemps pensé qu’il existait des chagrins qui ne pouvaient mourir. J’étais convaincu que le mien était de ceux-ci. J’étais convaincu que ce chagrin qui me consumait si violemment de l’intérieur était de ceux que la délicate brise du temps ne saurait éteindre, de ceux que la tendre rosée de l’espérance ne saurait noyer. Mais, je me leurrais ! Aucun chagrin, fut-il le plus vaillant, le plus sombre, le plus impitoyable, le plus oppressant, le plus vicieux … ne saurait résister éternellement au temps. J’ai vu au fil du temps, mon chagrin perdre de sa superbe. Avec le temps, son arrogance a pris un coup et il faisait de moins en moins le fier. J’ai ainsi pu comprendre que le temps peut beaucoup sur beaucoup de choses. Il existe cependant une chose sur laquelle le tout-puissant temps n’a aucun pouvoir. Une chose qui sublime et émerveille l’humanité depuis la nuit des temps : l’amour ! S’il y a bien une chose qui n’a absolument pas changé depuis tout ce temps, c’est bien l’amour que je ressens. Et d’après ce que je vois, cela ne risque pas de changer de sitôt !

          Est-il bien pour moi que les choses en soient ainsi ? Que mon cœur soit encore et toujours rempli de cet amour ? Surtout avec cette porte qui se trouve là, devant, et qui semble n’attendre que je l’ouvre ?  Franchement, pour l’heure, je ne sais vraiment pas. J’ose croire que oui, toutefois !

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 30 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 99 : Samedi 29-10-11

Jour 99 : Samedi 29-10-11 dans A mon tendre Freesia ! Cherche-cavalière-

          Je m’étais réveillé ce matin le sourire aux lèvres, persuadé que cette journée, l’avant-dernière, serait très agréable.  Il y avait d’abord le menu du déjeuner qui me le faisait penser ; il était prévu que Carole et compagnie nous fasse du foufou, et seul Dieu sait à quel point j’aime le foufou. Il y avait ensuite et surtout le dîner gala de ce soir.

          Et justement à propos du dîner gala, j’avais à l’heure du déjeuner, en plus du mot habituel annonçant le menu, présenté aux délégués un autre mot qui disait : « Cherche cavalière. » Et en astérisque j’avais précisé ceci: « Sous réserve d’acceptation. »  Mon message a beaucoup amusé tout le monde. Je crois que c’était surtout dû à son caractère « discrétionnaire » Plus tard, Amy s’est proposée d’être ma cavalière. Sa proposition m’a surpris mais je l’ai acceptée avec joie. Hier, j’avais remarqué sa sollicitude à l’endroit de son amie, cela m’avait plu et du coup, je voulais la connaître.

          Dîner gala oblige, le menu du soir était varié et abondant. Et donc comme en cuisine un coup de main n’était pas de refus, certaines déléguées sont venues nous prêter main forte (de nouvelles Supports). Cela a sacrément permis de faire avancer les choses.

          Le dîner gala a eu lieu en plein air, tout juste au bord de la lagune toute calme. Les décorations qu’a effectuées Eudoxie aidée de quelques déléguées ont rendu le cadre magnifique et raffiné, tout autant que l’étaient les toilettes des filles. Et que dire de ma cavalière et de Chrystelle qui étaient tout en beauté !

         Quand vint le moment de passer à table, Amy et Chrystelle nous ont aidés à faire le service. On était satisfait car tout le monde semblait passer un agréable moment. Après que le dîner ait pris fin, Amy est encore restée pour nous aider à tout ranger. Après quoi, nous sommes allés faire une petite balade tous les deux et avons pas mal discuté. J’ai appris qu’elle étudie l’économie et qu’en cette nouvelle année académique qui débute, elle est en deuxième année. 

         En fin de compte, j’avais vu juste, cette journée fut très agréable. J’ai mangé de l’excellent foufou à midi et après le coquet dîner gala, j’ai passé un charmant moment en compagnie de Amy.

 

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 29 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 98 :Vendredi 28-10-11

Jour 98 :Vendredi 28-10-11 dans A mon tendre Freesia ! Déjeuner-rush-

          Cette journée s’est annoncée comme la précédente. Dès 6h, on a fait le tour des chambres pour sortir les délégués du lit. Si au départ j’estimais que réveiller les délégués dès 6h et leur demander de se préparer pour le petit-déjeuner qui est servi à 7h30, était un peu strict et qu’on aurait pu raccourcir le temps, je me suis rapidement rendu compte que c’était mieux ainsi, et qu’il aurait même fallu songer à augmenter le temps. En effet, si les garçons étaient prêts en à peine trente minutes, les filles, elles, ne l’étaient jamais toutes à temps. Je trouve cet état de fait bien étrange : une heure et trente minutes pour se préparer et cela n’était pas assez ! Mais bon…

          Après le petit-déjeuner, nous avons mis de l’ordre dans le réfectoire et moi je suis resté bavarder un peu avec les filles que nous avons embauchées pour s’occuper de la restauration. Je m’entends très bien avec elles, surtout avec Carole qui est vraiment sympa et gentille. Puis, je suis parti passer du temps avec Sylvie, qui est restée seule dans sa chambre. La veille, elle avait eu un malaise et ne se sentait toujours pas bien ce matin. On se connaissait seulement de nom tous les deux, c’était donc l’occasion pour l’un d’en savoir un peu plus sur l’autre, et c’est ce qu’on a fait.

          Ensuite, l’heure du déjeuner est venue. On était occupé à servir les délégués, veillant soigneusement à ce que chacun se sente comme chez lui et même mieux que chez lui quand l’une des délégués, Amy, m’a approché pour m’informer que Chrystelle n’allait pas bien et se trouvait dans sa chambre (apparemment, toutes les deux sont bonnes copines puisque je les vois toujours ensemble). Chrystelle a appris que sa mère a eu un malaise et qu’elle a été conduite à l’hôpital. Du coup elle en a été affectée et comme elle est asthmatique, Amy craignait qu’elle ne pique une crise. Je suis donc allé jeter un coup d’œil dans chambre ; du beau monde s’y trouvait déjà à ses côtés. Je suis donc retourné à mes occupations.

         Après que tout le monde ait fini de déjeuner et soit retourné à la salle où se tenaient les formations, vérifiant que j’avais bien reçu toutes les clés des chambres, je me suis aperçu que celle de Chrystelle n’y était pas. Elle devait donc se trouver encore en chambre. Je suis parti m’en assurer ; elle y était et ne dormait pas comme je le pensais. Elle a accepté que je lui tienne compagnie. Elle avait l’air triste et je voulais essayer de lui remonter le moral. Seulement, je ne savais pas trop comment m’y prendre. Je trouvais avec difficulté des choses à dire puis, tout s’est brusquement accéléré quand elle m’a appris qu’elle avait pour passion l’écriture. Cela tombait bien, on avait une passion commune. On s’est donc mis à en parler pendant un bon moment. Et une chose en entrainant une autre, on a aussi parlé de nos familles, nos études…

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 28 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 97: Jeudi 27-10-2011

Jour 97: Jeudi 27-10-2011    dans A mon tendre Freesia ! Rush-2011-OC-members-

        Puisque j’y pense, permets que je t’explique la configuration habituelle des participants d’un séminaire national de AIESEC. Dans un tel séminaire, on y trouve un chair, qui en est le coordinateur. On a les Faci, ce sont eux qui sont chargés d’assurer la formation des délégués. Aux Faci se joignent aussi dans le cadre de la formation des délégués, des personnes dites externes (elles le sont parce que n’étant pas de l’organisation). On a le OC (Organizing Committee), qui comme tu as certainement dû le comprendre, est le comité d’organisation. On a aussi les délégués ; disons tout simplement de ceux-ci que ce sont les personnes formées. Il faut savoir que les délégués sont les membres des différents comités locaux de AIESEC (la Côte d’Ivoire en compte trois, mais un quatrième sera en passe de voir le jour) mais, AIESEC étant une structure internationale dont l’essence même sont les échanges internationaux, il n’est pas rare de retrouver parmi les délégués des stagiaires venus de ci et là du monde entier (pour cette édition du rush cependant, il n’y en avait malheureusement aucun). On a enfin la présence d’Alumni ; c’est ainsi qu’est appelé tout ancien membre – pleinement actif – de AIESEC.

        Je reviens au comité d’organisation pour t’en parler avec plus de détails. Normalement, celui-ci est composé de six personnes mais pour cette fois, nous sommes sept puisque nous avons le soutien d’une tierce personne. Dans un pareil cas de figure, la personne qui apporte son concours au comité est appelé Support. Concernant la qualification des membres du comité, on a la présidente (Abiba Touré) ; on a une personne chargée de la communication et de la promotion (Eudoxie Anani) ; une chargée des relations extérieures (Hermann Angan) ; une encore chargée des finances (Jean-Hugues Kouassi) ; une autre chargée du site et de la logistique (mon grand pote Hermann Zouzou) ; on a notre Support (Hermann Boko) et enfin, moi. Comme tu peux le voir, 60% des garçons s’appellent Hermann. Notre point fort, c’est qu’on fait tous l’effort de travailler de concert, l’un s’attelant dans la mesure du possible à la tâche de l’autre. Cela rend le travail plus efficace et moins contraignant.

        Pour ce qui est de la journée d’aujourd’hui, il n’y a pas grand-chose à souligner à part le fait qu’il m’est venu à l’esprit une idée qui semble avoir eu un écho favorable auprès des délégués. J’ai eu l’idée comme ça d’écrire une sorte de mot de bienvenue, chaque fois différent, annonçant la couleur de chacun des trois repas de la journée, et avec lequel j’accueillerais les délégués à l’entrée du réfectoire.

        Je me suis fait pas mal de nouveaux amis dont Chrystelle notamment, qui a vivement tenu à m’offrir des galettes bretonnes.

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 27 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 96: Mercredi 26-10-2011

Jour 96: Mercredi 26-10-2011    dans A mon tendre Freesia ! Rush-

         Aujourd’hui était le premier des cinq jours que j’ai à passer dans ce charmant endroit, appelé « La Sablière ». C’est un centre de retraite spirituelle mais aussi de loisirs qui se trouve à environ 4 km de Bingerville.

        Je ne te l’avais pas dit mais, sur insistance d’Hermann et ensuite parce que je me suis dit que ce serait cool comme expérience, j’avais intégré le comité d’organisation du séminaire national de développement et d’accroissement du leadership et de motivation des nouveaux membres de AIESEC Côte d’Ivoire : le RUSH. Mon rôle dans ce comité d’organisation est en gros, de veiller au bien-être de la centaine de participants, d’être à leur petit soin. J’avoue que quand j’ai accepté cette tâche, je n’avais pas réellement considéré ce que cela impliquerait comme boulot. Au vu de la journée d’aujourd’hui, je m’en aperçois bien clairement.  Mais je ne me fais pas trop de souci pour autant car je sais que j’ai des ressources cachées quelque part en moi et aussi, je sais surtout que je peux compter sur le soutien des six autres membres du comité. Bien que chacun ait une tâche précise, nous nous soutenons mutuellement pour la réussite du séminaire.

        J’ai trouvé qu’aujourd’hui –  en dépit de quelques désagréments de dernière minute, indépendants de notre volonté – fut une journée plutôt satisfaisante. Demain devra l’être encore plus !         

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 26 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 95: Mardi 25-10-2011

Jour 95: Mardi 25-10-2011 dans A mon tendre Freesia ! Le-don-de-mon-temps-

          « Le temps est votre bien le plus précieux, parce qu’il est limité. » Rick Warren

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 25 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 94: Lundi 24-10-2011

Jour 94: Lundi 24-10-2011 dans A mon tendre Freesia ! Tenir-bon--300x225

          Rick Warren dit que « Pour tenir bon, il nous faut avoir une bonne raison d’espérer ».

          J’en ai justement une très bonne !

 

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 24 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 93: Dimanche 23-10-2011

Jour 93: Dimanche 23-10-2011 dans A mon tendre Freesia ! Mettre-du-sien-pour-que-les-choses-coulent-plus-vite-

          On peut laisser les choses couler tranquillement, et prendre le risque qu’elles coulent dans le mauvais sens. Mais on peut aussi y mettre du sien pour qu’elles coulent comme il faut !

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 23 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Jour 92: Samedi 22-10-2011

 

Youpi, j'en suis convaincu !

Ça y est, j’en ai presque la conviction : tu l’es !

 

Publié dans:A mon tendre Freesia ! |on 22 octobre, 2011 |Pas de commentaires »
1234

Rimbaud & variations |
annes38 |
écrivaillon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fondation Cercle de Fès .
| La vie est trop courte pour...
| Discours sur le colonialisme